17/06/2019 Nico
Votre entreprise a mis en place un compte épargne temps (CET) et vous ignorez son utilité ? Voici quelques clés pour mieux comprendre.

Le CET, qu’est-ce que c’est ?

Le CET est un compte épargne dans lequel il vous est possible d’épargner des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d’une rémunération en contrepartie de périodes de congés ou de repos non prises (RTT mais pas les jours du congé maternité ou congé parental).

Attention : il n’est pas obligatoire pour les entreprises de mettre en place ce compte épargne. S’il est instauré au sein de l’organisation dans laquelle vous travaillez, tous les salariés peuvent en bénéficier, mais ce ne sera pas obligatoire : chacun décide d’y affecter des droits ou non.

Les droits qu’il est possible d’affecter à son CET

Chaque salarié d’une entreprise ayant mis en place le CET a donc la possibilité d’y affecter plusieurs droits, notamment :

  • Les droits issus de la cinquième semaine de congés annuels ;
  • Ceux issus de périodes de repos non prises ;
  • Ceux issus de congés supplémentaires accordés pour fractionnement ou par voie conventionnelle.

Il est également possible pour votre employeur d’y affecter les heures supplémentaires que vous avez accomplies.

Comment procéder ?

Il est nécessaire qu’une convention ou qu’un accord de branche (que l’on appelle aussi convention collective) prévoit l’ouverture du CET pour qu’il puisse être mis en place au sein d’une entreprise. C’est cet accord qui va déterminer les conditions d’utilisation des droits acquis par les salariés. Le compte épargne-temps n’est pas considéré comme un avantage en nature.

Il vous faudra donc vous y référer pour en connaître davantage concernant l’utilisation de votre CET ! Il est possible, à votre demande et avec l’accord de votre employeur d’utiliser votre compte épargne pour compléter votre rémunération brute ou alors pour cesser votre activité de manière progressive.
13/06/2019 Nico

Avant de choisir son métier, on pense souvent au salaire mensuel qu’on peut gagner. Un paramètre important pour trouver la motivation de se lever tous les matins afin de se rendre à son lieu de travail.

Pour gagner bien sa vie même sans avoir un diplôme universitaire, voici une liste non exhaustive des 5 métiers qui paient beaucoup mieux qu’en apparence…

Community Manager

Ce nouveau métier encore méconnu par certains est devenu indispensable pour les entreprises qui souhaitent développer leur communication sur les réseaux sociaux. Un profil en forte demande, le Community Manager peut être autodidacte ou bien diplômé en management.

Très présent sur Facebook, Instagram et Twitter, il a pour mission de créer du contenu, fédérer une communauté et interagir avec elle autour d’un même intérêt. Le salaire brut annuel d’un Community Manager gravite autour de 32 890 € et dépend beaucoup de son expérience.

Sapeur-pompier

Lors d’un sinistre, d’un incendie, d’un accident domestique ou de noyade, au péril de sa vie, le sapeur pompier s’arme de sang froid et de bravoure pour sauver celle des autres.

Ce métier à risque qui peut repousser certains, rapporte un salaire brut de 2.407 € / mois. La rémunération dépend bien évidemment du grade et de l’échelon du sapeur-pompier professionnel et peut dépasser les 4.500 € par mois.

Mécanicien d’ascenseur

Dans le domaine des bâtiments, l’un des métiers les mieux payés est celui du technicien maintenance ascenseur. On n’entend pas beaucoup parler de ce métier qui offre pourtant un salaire brut avantageux de 37 000 € par an. Cependant, ce travail risqué nécessite des compétences physiques et intellectuelles indispensables.

Chauffeur de car

Transporter les voyageurs et veiller à leur sécurité peut être très intéressant au niveau du salaire. Un chauffeur de car qui travaille à la RATP peut gagner jusqu’à 2 307 € de salaire net par mois, sans compter les primes dont le conducteur bénéficie quand il conduit la nuit ou durant les jours fériés.

Coach sportif personnel

En plus de prendre soin de son physique et de celui de ses clients, le coach sportif personnel peut prétendre à une très bonne rémunération. Le tarif horaire d’une séance de sport est de 35 €. Pour exercer ce beau métier, il faut soit avoir un brevet professionnel, soit obtenir un master en préparation physique, nutritionnelle et mentale.

Alors allez écrire une lettre de motivation et lisez nos conseils pour réaliser un CV pour trouver le job de vos rêves !

05/06/2019 Nico

À l’heure où la fonction publique est sous la pression des coupes budgétaires de l’État, les employés des services territoriaux doivent être plus que jamais informés de leurs droits. Souvent présentée à tort comme un secteur d’emploi privilégié, la fonction publique présente en réalité des désavantages par rapport à l’emploi privé. L’un de ces malus n’est autre que la rupture conventionnelle, réservée à la base aux salariés des entreprises, et qui actuellement est envisagée pour les emplois publics.

Définition de la rupture conventionnelle

Selon le site Service-Public.fr, elle consiste en une procédure qui permet à l’employeur et au salarié de convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie, et n’est « possible que pour les contrats de travail à durée indéterminée (CDI). » Comme nous venons de le voir, la rupture conventionnelle nécessite l’accord des deux parties, ce qui signifie qu’en principe, l’employeur ne peut pas utiliser la procédure pour licencier un salarié.

La rupture conventionnelle doit être homologuée par l’administration via un formulaire, de façon à ce que la procédure puisse être valide.

Concrètement, quels en sont les avantages ?

Cette procédure permet de mettre fin à un CDI, et de pouvoir toucher des indemnités de rupture conventionnelle et allocations chômage, de la part des assedic. Comme la rupture conventionnelle diffère de la démission – laquelle ne permet pas de bénéficier d’indemnités- elle est sensée favoriser la reconversion professionnelle, et vous donner des compensations à la perte de votre emploi.

L’un des principaux atouts de cette procédure est que même un salarié à temps partiel peut y prétendre. Vous bénéficiez de plus d’un délai de rétractation de 15 jours, pendant laquelle chaque partie peut encore décider de l’issue.

Pour toucher vos allocations de la part de Pôle Emploi, vous devez obtenir trois documents de votre employeur : un certificat de travail, une attestation dite « pôle emploi » et le reçu pour solde de tout compte.

Pour votre information, en 2017, ce sont plus de 450 000 salariés qui ont bénéficié d’une rupture conventionnelle, selon les chiffres officiels.

Une mesure sociale adaptée ?

Au 15 avril 2019, officiellement, la rupture conventionnelle n’était pas ouverte à la fonction publique, selon la direction de l’information légale et administrative. Cependant, le 28 mai, le vote de l’Assemblée Nationale prévoit une expérimentation sur 5 ans de la procédure.

Comme l’actuel gouvernement souhaite effectuer des coupes dans la Fonction Publique, ce qui place 120 000 postes sous la menace du chômage, on peut estimer que la rupture conventionnelle est une compensation. Jusqu’à présent, il n’était possible que de bénéficier d’une indemnité de départ volontaire, soumise à certaines conditions. À partir de 2020, la rupture conventionnelle s’appliquera aux contractuels de la fonction publique, ainsi qu’aux fonctionnaires titulaires.

Néanmoins, de nombreux doutes persistent, liés notamment à l’augmentation du budget dédié à la prise en charge du chômage, des dépenses supplémentaires qui dépasseraient les 100 millions d’euros en 2022. Les coûts du dispositif restent de plus à la charge de l’employeur : en cas de licenciements massifs dans la fonction publique, les collectivités pourront-elles assurer elles seules les frais ?

01/06/2019 Nico

L’institution du ticket restaurant qui a fêté ses soixante ans d’existence, est rapidement devenue une source d’inspiration pour les start-ups qui cherchent à dépoussiérer les anciennes pratiques.

Il faut savoir en préalable que ce sont plus de 3,5 millions d’utilisateurs et près de 180 000 établissements qui utilisent ce moyen de transaction. C’est donc un marché considérable qui s’est métamorphosé au fil des ans et des innovations.

Une carte créditée pour un service facilité

Depuis les années 2010 déjà, le titre papier commençait à se froisser. Il devenait possible de le dématérialiser. Même si l’employeur n’est pas tenu de se plier à la contrainte numérique, les salariés en retirent de nombreux avantages.

Le solde est directement accessible sur la carte qui est rechargée automatiquement. Le seuil des 19 euros de dépenses quotidiennes reste identique et le montant mensuel est toujours soumis à une date de péremption.

Cette première étape a permis de simplifier et de rationaliser l’usage de ces tickets qui étaient parfois très convoités. Ce n’est pas encore le cas des chèques vacances qui sont encore beaucoup papier.

Les enjeux des start-ups

Aujourd’hui, plusieurs start-ups comme Resto flash s’emparent du titre pour le révolutionner. C’est le cas de LUNCHR. Cette application est leader sur le marché des applications de ticket restaurant. Non seulement elle permet à son utilisateur de vérifier son solde ainsi que ses dernières transactions mais il lui est possible de bénéficier de réductions dans le cadre de commandes groupées.

Pour ajouter un peu de fun, l’application propose des jeux comme une roue de la chance pour désigner celle ou celui qui doit passer la commande.

27/05/2019 Nico

Le gouvernement met en place un projet novateur en matière d’allocations chômage. Des pénalités pour certains patrons et trois grandes réformes concernant le droit du travailleur pour quitter son entreprise. En contrepartie, celui-ci doit respecter quatre règles pour bénéficier d’allocations chômage.

Des pénalités pour les patrons « mauvais élèves »

Un bonus-malus pour les patrons, un système qui pénalise les entreprises utilisant à outrance les contrats à court terme : CDD ou contrat en interim. Ceci dans le but de privilégier les contrats à long terme (les contrats à durée indéterminée) et donc les emplois longue durée.

Trois révolutions concernant les droits du travailleur

La liberté de choisir son avenir professionnel est mise en avant dans un nouveau texte de loi travail. Ceci pour clarifier le sujet du chômage, de la formation professionnelle, de l’apprentissage, d’aider à l’orientation professionnelle et de permettre le meilleur choix adapté à chacun.

Une autre grande nouvelle : certains salariés démissionnaires, jusque-là non indemnisés, pourront bénéficier de l’allocation chômage. Cette réforme concerne les salariés ayant un projet de reconversion professionnelle.

De plus, face au constat que de nombreux travailleurs non salariés, entrepreneurs et indépendants (en portage salarial par exemple), sont souvent confrontés à une forte baisse de leur activité, le gouvernement leur permettra d’accéder à l’allocation chômage au même titre que les salariés.

Donc, moins de flou artistique et plus d’avantages pour le travailleur qui saura enfin où il met les pieds. Attention, les allocations chômage sont une chose mais continuer à en bénéficier en est une autre. Nous vous conseillons d’effectuer une simulation chômage pour cela.

Quatre règles simples à respecter

En contrepartie de toutes ces réformes positives en matière de chômage, les contrôles seront accrus. Nous verrons donc un renforcement des agents mobilisés. Un autre notion qui fait polémique et qui est toujours d’actualité est celle de l’offre raisonnable d’emploi.

Cependant, elle sera davantage adaptée au marché de l’emploi local et à la situation personnelle de chacun. L’absence à une convocation sera toujours sanctionnée mais passera d’une durée de deux mois à quinze jours. L’expérience d’un carnet de bord numérique verra aussi le jour dans deux régions et obligera le demandeur d’emploi à justifier toutes ses démarches de recherche d’emploi actives comme par exemple un justificatif d’un entretien d’embauche.

Si on constate un élargissement des droits du travailleur en matière de droit au chômage, on remarque donc aussi un durcissement des contrôles et des justificatifs à fournir.

22/05/2019 Nico

Il est important pour toute société de faire un bilan après une année d’exercice. Ce bilan peut se faire sur tous les points, comme celui relatif à l’évaluation des employés.

L’entretien annuel ou entretien d’évaluation annuel est une occasion donnée à l’employé de s’exprimer sur son parcours, ses performances, de faire part de ses suggestions, de s’exprimer sur ses difficultés rencontrées dans son travail et ses ambitions dans l’entreprise. Même s’il ne relève pas d’une obligation légale, c’est une opportunité très importante à bien préparer et ne pas prendre à la légère.

Des astuces pour mieux préparer son entretien annuel

Avant tout entretien annuel, il est important de se poser certaines questions comme : qu’est-ce que j’attends de cet entretien ; comment s’est passée votre année de travail ; quelles sont vos perspectives pour l’année prochaine. Les réponses à ces différentes questions constituent la première phase importante pour une bonne préparation.

Que faire lors de votre entretien ?

Après la préparation, vient le jour de l’entretien. Restez dans une dynamique positive et constructive. Soyez à l’écoute de votre interlocuteur, faites des suggestions constructives, pour mieux vous valoriser. L’objectif dans cette phase est de faire ressortir votre valeur, votre rôle au sein de l’entreprise.

Ainsi votre posture au cours de l’entretien est très importante. Ne soyez pas trop stressé, ni trop décontracté, soyez juste naturel pour répondre aux différentes questions de votre interlocuteur. Cela installe un climat idéal d’appréciation et de discussion. Lors de votre entretien, il est important d’apporter des réponses réfléchies aux différentes questions posées (un peu comme lors de votre entretien d’embauche !)

Soyez à l’aise et bien conscient de chaque approche de solution ou proposition que vous faites. Pour des questions importantes comme le salaire net, les objectifs, le plan de promotion des employé ou encore une demande de formation avec le CPF, soyez clair, avec des arguments bien réfléchis. Si des doutes subsistent, demandez du temps pour y revenir après, c’est votre droit.

Entretien annuel réussi

En gardant à cœur ces principes, une bonne préparation et une bonne attitude lors de l’entretien, vous réussirez cette étape avec succès clé des ressources humaines. C’est une occasion très importante dans la vie de toute entreprise pour sa bonne marche et la carrière de tout employé pour son propre développement professionnel.

16/05/2019 Nico

Vous avez besoin de repos ? En France, nous ne sommes pas trop mal lotis puisque nous arrivons à la 6e position des pays les plus généreux en congés payés dans le monde. Malgré tout, il existe des astuces pour rallonger un peu vos vacances.

Généralités sur les congés payés

Les Français bénéficient de 5 semaines de congés payés pour une année de travail. À noter qu’une entreprise peut prévoir un calcul des congés plus favorable que la durée légale, notamment pour les personnes âgées ou handicapées.

Par ailleurs, si vous avez des enfants à charge, vous pouvez demander 2 jours de congés supplémentaires par enfant (aucune relation avec le congé maternité ou le congé parental)

Le fractionnement des jours de congés

Voici une astuce que peu connaissent et qui permet d’obtenir jusqu’à deux jours de congés payés supplémentaires ! Lors de la période légale de congés qui s’étend du 1er mai au 31 octobre, vous devez poser de 12 à 24 jours. Vous pouvez bénéficier de jours de congés supplémentaires, appelés jours de fractionnement, si vous n’avez pas posé 24 jours lors de cette période légale :

  • 1 jour de fractionnement dans le cas où il vous reste entre 3 et 5 jours à poser ;
  • 2 jours de fractionnement s’il s’agit d’au moins 6 jours.

Allongez vos vacances grâce aux jours fériés

Jouez-la stratégique pour profiter de vacances prolongées. En 2019, vous êtes chanceux : vous allez pouvoir profiter de 59 jours de congés en en posant seulement 25. En somme, vous pouvez doubler vos jours de congés payés ! Cela à du bon les jours fériés en France !

Pour cela, posez simplement vos jours de manière stratégique. Par exemple, cette année, le lundi de Pâques tombe le 22 avril et le 1er et le 8 mai tombent un mercredi. En posant vos jours à partir du 20 avril, vous pourrez donc bénéficier de 3 semaines de congé !

12/05/2019 Nico

Trouver un travail décent, permettant de subvenir à ses besoins, constitue un souci majeur commun à tous. Et quand l’opportunité tant attendue nous sourit, il faut pouvoir démontrer qu’on est la personne idéale, généralement lors de l’entretien d’embauche.

Ainsi, l’entretien d’embauche est une rencontre entre un candidat et le futur employeur au cours de laquelle ce dernier vérifie l’adéquation entre les compétences du candidat et ses besoins pour le poste à pouvoir. L’entretien peut être individuel ou collectif, en face-à-face ou par téléphone. Quoi qu’il en soit, il est inutile de paniquer. Voila comment décrocher votre contrat à durée indéterminé ou votre convention de stage !

Préparez-vous en quelques gestes simples

Savoir bien parler de soi, de son parcours, de son projet, et en lien avec les attentes du recruteur n’est pas une chose aussi simple qu’elle ne le paraît. Le plus important est d’être naturel et crédible. Il faut bien s’y entraîner avant la rencontre.

Renseignez-vous sur l’entreprise de l’annonce. Notez les points du profil recherché. Réajustez si nécessaire votre CV selon les objectifs du poste recherché, tout en étant réaliste. Préparez vos réponses à des questions éventuelles et entraînez-vous à la prise de parole.

Le jour « J »

Assurez-vous que tout est au point pour ne pas être en retard ou appelez votre recruteur assez tôt pour l’informer en donnant une bonne raison. Habillez-vous bien sans être extravagant. Soignez votre posture et asseyez-vous de manière détendue et seulement si on vous le demande.

Parlez posément, manifestez votre motivation, ne cherchez pas à tout prix à paraître extraordinaire, soyez plutôt rassurant et vous repartirez en laissant une bonne impression.

Demandez à la fin quelle est la suite réservée à votre entretien. Faut-il le rappeler par exemple ou s’il préfère revenir vers vous. N’oubliez pas non plus de le remercier pour vous avoir reçu.

Ne crachez pas dans la soupe

Une bonne préparation, un bon calme, c’est bien. Mais n’exagérez pas au risque d’envoyer tous vos efforts en l’air. Il faut être rassurant et convaincant, mais pas arrogant. Évitez de répondre juste par ‘‘oui’’ ou ‘’non’’ aux questions. Complétez une phrase, mais ne vous mettez pas à raconter votre vie ou à réciter votre CV. Si le recruteur vous en parle, vous vous parlez de vos prétentions salariales en énonçant votre salaire brut annuel idéal

Rappelons que le plus important est d’être détendu, naturel, ce qui n’est en pratique pas aussi simple. Assurez-vous alors un minimum de préparation et maximisez vos chances d’être l’heureux élu. Vous pourrez ainsi peut-être obtenir directement une promesse d’embauche !

09/05/2019 Nico

Petite article légèrement provoquant. Attention, effectuer ces démarches peut vous faire perdre votre job ! Ah c’est ce que vous voulez ? Alors continuez ! 🙂

L’adéquation entre ses objectifs de développement et sa vie professionnelle est indispensable pour son épanouissement. Il arrive que vous ne soyez plus à l’aise dans votre travail ou que votre travail ne soit plus en adéquation avec vos objectifs.

Il est important alors de trouver une solution. Une solution très simple est de chercher à vous faire virer par votre patron. Pour y arriver trouver des astuces pratiques et efficaces. Vous pourrez alors espérer obtenir un licenciement ou une rupture conventionnelle de votre contrat CDI.

L’utilisation abusive de votre téléphone au travail

Le téléphone portable est aujourd’hui un outil incontournable de communication. Ami fidèle de tous, il peut être l’arme idéale pour se faire virer. Faites simplement ce qui vous passionne. Allumez votre connexion et discutez avec vos amis sur les réseaux sociaux ou faites vos recherches personnelles toute la journée sans vous cacher.

Si vous préférez la musique ou les jeux, allumez et augmentez le volume sans gêne. Mettez en pratique tout ceci aux heures et dans les locaux de travail vous assurera un résultat efficace.

Faites le contraire de vos habitudes

Étiez-vous studieux et ordonné ? Il est temps que cela change. Prenez votre pause à l’heure qui vous convient et revenez un peu en retard. N’hésitez pas à animer des discussions avec vos collègues ou à poser des questions qui sortent du sujet de travail à votre patron.

Soyez moins assidu au boulot et prétextez le sommeil, la fatigue de la veille ou d’autres raisons peu convaincantes. S’il existe dans votre société un ordre vestimentaire, ne le respectez plus. Pas besoin de raison solide, vous pouvez prétexter votre santé ou la chaleur.

Réalisez le tout en quelques jours

Pour un employé donnant un bon rendement, se faire virer peut demander une persévérance. Faites alors une suite des éléments cités ci-dessus en plusieurs jours et soyez sûr d’avoir gagné.

Ajoutez-y des plaintes et actions répétées, comme calculer avec le responsable des ressources humaines le nombre de jours de vacances qu’il vous reste et comment vous faire payer ou se plaindre de ne pas avoir le salaire brut qui vous convient. Après ces actions, ne vous inquiétez plus, votre objectif sera atteint. Vous pourrez alors profiter des assedic (profitez en pour simuler votre chômage sur cette page)

01/05/2019 Nico

Bien qu’un fonctionnaire détienne un salaire fixe et garanti il n’est pas rare de voir ces profils éprouver des difficultés pour boucler leur fin de mois.

Fonctionnaires : des revenus stables et réguliers facilite l’emprunt

La Fonction publique détermine le revenu du fonctionnaire depuis une grille générale qui accompagne toute l’évolution de carrière et de rémunération de l’agent. Celui-ci détient une arme particulière pour négocier avec un organisme de crédit car il connait à l’avance son évolution de salaire net ce qui rassure les emprunteurs.

A côté d’un salarié du secteur privé, c’est un avantage non des moindres pour se projeter vers de nouveaux projets comme l’achat d’un bien immobilier ou le financement d’un moyen de transport. En outre, le montant de ses revenus sont connus à l’avance puisque le versement de son traitement est fixé sur un calendrier comme le publie cf-credits.com ce qui laisse l’agent entrevoir des perspectives stables pour la gestion de son budget.

A cela, dans la plupart des cas, un fonctionnaire ne risque pas de connaître de périodes de chômage puisqu’il ne peut être licencié pour des raisons économiques (l’Etat ne connait pas de liquidation judiciaire). Néanmoins, le véritable risque qu’encoure un agent de la fonction publique semble la maladie professionnelle (comme par exemple le burn out) car en cas d’impossibilité, le traitement de ses revenus s’en retrouve fortement réduit. Toutefois, des assurances spécialisées prennent le relais ce qui limite l’impact sur son budget.

Etalement des dépenses et réduction du budget : seule marge de manœuvre

Le salarié d’Etat ne dispose pas pour autant de tous les avantages pour assurer un budget équilibré. Bien qu’il soit assuré de ses revenus si un jour ses besoins dépassent ses ressources, le déséquilibre peut être long à porter.

En effet un fonctionnaire ne peut travailler en dehors de sa fonction ce qui limite les pistes pour augmenter ses revenus un tant soit peu. Pour ce faire, il doit demander l’autorisation à l’administration, alors qu’il peut difficilement gérer une entreprise commerciale (même en cas d’héritage) en dehors de ses heures de travail. Toutefois, quelques dispositifs permettent à des agents de la fonction publique de déclarer une activité en tant que freelance ou auto-entrepreneur sous certaines réserves.

En conséquence, l’accumulation de plusieurs ressources pour un fonctionnaire n’est pas si compatible avec la fonction, c’est pourquoi lorsqu’il arrive des imprévus, ou des charges qui s’accumulent dans le temps, l’agent de l’état voit sa marge de manœuvre se réduire. Force est de constater que le fonctionnaire ne dispose que peu de leviers financiers à disposition, il ne peut compter que sur la baisse des charges et ou l’étalement de ses dépenses.

Avec une rigueur toute particulière du budget en suivant les dates exactes du versement des salaires, l’employé d’état,  peut employer ces outils pour optimiser ses dépenses en optant par exemple pour une carte à débit différée. En cas de budget serré, ils prévoient les sommes qui seront débitées à l’avance en fonction de leur salaire. Une autre possibilité vise à réduire son taux d’endettement avec un regroupement de crédit.

Ce mécanisme financier rééchelonne la durée des crédits (emprunt immobilier, crédit à la consommation ou encore crédits personnels) pour laisser une mensualité adaptée. Par exemple, cette opération bancaire réorganise les finances du ménage pour permettre la réalisation de travaux d’isolation.