13/06/2019 Nico

Avant de choisir son métier, on pense souvent au salaire mensuel qu’on peut gagner. Un paramètre important pour trouver la motivation de se lever tous les matins afin de se rendre à son lieu de travail.

Pour gagner bien sa vie même sans avoir un diplôme universitaire, voici une liste non exhaustive des 5 métiers qui paient beaucoup mieux qu’en apparence…

Community Manager

Ce nouveau métier encore méconnu par certains est devenu indispensable pour les entreprises qui souhaitent développer leur communication sur les réseaux sociaux. Un profil en forte demande, le Community Manager peut être autodidacte ou bien diplômé en management.

Très présent sur Facebook, Instagram et Twitter, il a pour mission de créer du contenu, fédérer une communauté et interagir avec elle autour d’un même intérêt. Le salaire brut annuel d’un Community Manager gravite autour de 32 890 € et dépend beaucoup de son expérience.

Sapeur-pompier

Lors d’un sinistre, d’un incendie, d’un accident domestique ou de noyade, au péril de sa vie, le sapeur pompier s’arme de sang froid et de bravoure pour sauver celle des autres.

Ce métier à risque qui peut repousser certains, rapporte un salaire brut de 2.407 € / mois. La rémunération dépend bien évidemment du grade et de l’échelon du sapeur-pompier professionnel et peut dépasser les 4.500 € par mois.

Mécanicien d’ascenseur

Dans le domaine des bâtiments, l’un des métiers les mieux payés est celui du technicien maintenance ascenseur. On n’entend pas beaucoup parler de ce métier qui offre pourtant un salaire brut avantageux de 37 000 € par an. Cependant, ce travail risqué nécessite des compétences physiques et intellectuelles indispensables.

Chauffeur de car

Transporter les voyageurs et veiller à leur sécurité peut être très intéressant au niveau du salaire. Un chauffeur de car qui travaille à la RATP peut gagner jusqu’à 2 307 € de salaire net par mois, sans compter les primes dont le conducteur bénéficie quand il conduit la nuit ou durant les jours fériés.

Coach sportif personnel

En plus de prendre soin de son physique et de celui de ses clients, le coach sportif personnel peut prétendre à une très bonne rémunération. Le tarif horaire d’une séance de sport est de 35 €. Pour exercer ce beau métier, il faut soit avoir un brevet professionnel, soit obtenir un master en préparation physique, nutritionnelle et mentale.

Alors allez écrire une lettre de motivation et lisez nos conseils pour réaliser un CV pour trouver le job de vos rêves !

05/06/2019 Nico

À l’heure où la fonction publique est sous la pression des coupes budgétaires de l’État, les employés des services territoriaux doivent être plus que jamais informés de leurs droits. Souvent présentée à tort comme un secteur d’emploi privilégié, la fonction publique présente en réalité des désavantages par rapport à l’emploi privé. L’un de ces malus n’est autre que la rupture conventionnelle, réservée à la base aux salariés des entreprises, et qui actuellement est envisagée pour les emplois publics.

Définition de la rupture conventionnelle

Selon le site Service-Public.fr, elle consiste en une procédure qui permet à l’employeur et au salarié de convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie, et n’est « possible que pour les contrats de travail à durée indéterminée (CDI). » Comme nous venons de le voir, la rupture conventionnelle nécessite l’accord des deux parties, ce qui signifie qu’en principe, l’employeur ne peut pas utiliser la procédure pour licencier un salarié.

La rupture conventionnelle doit être homologuée par l’administration via un formulaire, de façon à ce que la procédure puisse être valide.

Concrètement, quels en sont les avantages ?

Cette procédure permet de mettre fin à un CDI, et de pouvoir toucher des indemnités de rupture conventionnelle et allocations chômage, de la part des assedic. Comme la rupture conventionnelle diffère de la démission – laquelle ne permet pas de bénéficier d’indemnités- elle est sensée favoriser la reconversion professionnelle, et vous donner des compensations à la perte de votre emploi.

L’un des principaux atouts de cette procédure est que même un salarié à temps partiel peut y prétendre. Vous bénéficiez de plus d’un délai de rétractation de 15 jours, pendant laquelle chaque partie peut encore décider de l’issue.

Pour toucher vos allocations de la part de Pôle Emploi, vous devez obtenir trois documents de votre employeur : un certificat de travail, une attestation dite « pôle emploi » et le reçu pour solde de tout compte.

Pour votre information, en 2017, ce sont plus de 450 000 salariés qui ont bénéficié d’une rupture conventionnelle, selon les chiffres officiels.

Une mesure sociale adaptée ?

Au 15 avril 2019, officiellement, la rupture conventionnelle n’était pas ouverte à la fonction publique, selon la direction de l’information légale et administrative. Cependant, le 28 mai, le vote de l’Assemblée Nationale prévoit une expérimentation sur 5 ans de la procédure.

Comme l’actuel gouvernement souhaite effectuer des coupes dans la Fonction Publique, ce qui place 120 000 postes sous la menace du chômage, on peut estimer que la rupture conventionnelle est une compensation. Jusqu’à présent, il n’était possible que de bénéficier d’une indemnité de départ volontaire, soumise à certaines conditions. À partir de 2020, la rupture conventionnelle s’appliquera aux contractuels de la fonction publique, ainsi qu’aux fonctionnaires titulaires.

Néanmoins, de nombreux doutes persistent, liés notamment à l’augmentation du budget dédié à la prise en charge du chômage, des dépenses supplémentaires qui dépasseraient les 100 millions d’euros en 2022. Les coûts du dispositif restent de plus à la charge de l’employeur : en cas de licenciements massifs dans la fonction publique, les collectivités pourront-elles assurer elles seules les frais ?

01/06/2019 Nico

L’institution du ticket restaurant qui a fêté ses soixante ans d’existence, est rapidement devenue une source d’inspiration pour les start-ups qui cherchent à dépoussiérer les anciennes pratiques.

Il faut savoir en préalable que ce sont plus de 3,5 millions d’utilisateurs et près de 180 000 établissements qui utilisent ce moyen de transaction. C’est donc un marché considérable qui s’est métamorphosé au fil des ans et des innovations.

Une carte créditée pour un service facilité

Depuis les années 2010 déjà, le titre papier commençait à se froisser. Il devenait possible de le dématérialiser. Même si l’employeur n’est pas tenu de se plier à la contrainte numérique, les salariés en retirent de nombreux avantages.

Le solde est directement accessible sur la carte qui est rechargée automatiquement. Le seuil des 19 euros de dépenses quotidiennes reste identique et le montant mensuel est toujours soumis à une date de péremption.

Cette première étape a permis de simplifier et de rationaliser l’usage de ces tickets qui étaient parfois très convoités. Ce n’est pas encore le cas des chèques vacances qui sont encore beaucoup papier.

Les enjeux des start-ups

Aujourd’hui, plusieurs start-ups comme Resto flash s’emparent du titre pour le révolutionner. C’est le cas de LUNCHR. Cette application est leader sur le marché des applications de ticket restaurant. Non seulement elle permet à son utilisateur de vérifier son solde ainsi que ses dernières transactions mais il lui est possible de bénéficier de réductions dans le cadre de commandes groupées.

Pour ajouter un peu de fun, l’application propose des jeux comme une roue de la chance pour désigner celle ou celui qui doit passer la commande.