29/06/2019 Nico

Pour les professionnels qui souhaitent se mettre à leur propre compte en réalisant un projet personnel, mais qui sont découragés par les démarches administratives à entreprendre et l’argent à investir…

Le portage salarial est une solution alternative qui leur permet d’écarter toutes les contraintes relatives à la création d’entreprise pour se concentrer sur l’essentiel : développer son projet.

Comprendre ce qu’est le portage salarial

Le portage salarial donne la possibilité aux professionnels de tester concrètement leur idée sur le terrain, tout en limitant les risques, avant de créer leur propre entreprise. L’entrepreneur peut ainsi s’assurer de la faisabilité de son projet tout en préservant son statut de salarié. Il peut aussi en profiter pour réaliser son business plan en testant son marché.

Ce mode d’emploi se constitue de 3 parties bénéficiaires :

  • La société de portage chargée des procédures administratives joue l’intermédiaire entre le consultant et le client
  • L’entrepreneur qui devient « salarié porté » rémunéré par la société
  • Le client (entreprise, administration, particulier ou autre) qui bénéficie des prestations du salarié porté après avoir signé un contrat avec la société de portage

Le fonctionnement d’une société de portage

Le salarié porté signe un contrat de travail avec la société de portage et devient membre de la compagnie. Cela peut être un CDI ou un CDD. Il est soumis au même règlement de travail que les employés et doit respecter entre autres la durée du contrat de travail. Par ailleurs, c’est au salarié porté de décrocher des contrats avec les clients et de réaliser la mission.

La société lui verse un salaire mensuel après avoir facturé les frais de gestions et déduit de son chiffre d’affaires une commission allant jusqu’à 12 %. Cependant, toutes les professions ne sont pas éligibles, seulement les métiers de formation, de digitale, d’ingénierie, de marketing et les autres prestations intellectuelles peuvent intégrer une société de portage.

Les avantages du portage salarial

Le portage salarial est un formidable tremplin pour les créateurs d’entreprises qui souhaitent lancer leur projet. Cette solution ponctuelle avantage doublement le salarié porté. Non seulement il bénéficie  de la flexibilité de travail et de la liberté d’un chef d’entreprise, mais il garde aussi son statut de salarié.

De ce fait, il peut toujours disposer de l’assurance chômage à Pôle emploi, ce qui n’est pas le cas pour un chef d’entreprise. En outre, exercer une activité en portage évite d’engager des frais de location de bureaux ou de coworking ou des dépenses liées à la création d’entreprises.

27/06/2019 Nico

Les agissements de votre supérieur vous mettent dans l’embarras, il vous fait des avances et vous ne savez pas comment vous dépatouiller de cette situation gênante.

Voici quelques astuces et démarches pour vous défendre.

Qu’est-ce que le harcèlement

Il en existe deux types :

  • Le harcèlement moral : actes répétitifs visant à nuire ou dégrader les conditions de travail du salarié (insultes, critiques, humiliations…)
  • Le harcèlement sexuel : actes répétés qui portent atteinte à la dignité et ayant un caractère sexuel (gestes et propos déplacés, pression pour obtenir un rendez-vous ou avoir un rapport sexuel…).

Dans le cas d’avances répétées par un supérieur hiérarchique, il s’agit de harcèlement sexuel managérial, un délit pénal. Le harcèlement moral peut aussi conduire, a terme, au syndrôme du burn-out, qui n’est pas encore classé comme maladie professionnelle malheureusement.

Découvrez notre guide sur le harcèlement moral pour aller plus loin.

Rassembler les preuves

Il faut rassembler le plus de preuves possible, par exemple les échanges de mails, SMS, ou lettres.

En parler à votre médecin et conserver vos certificats médicaux, et arrêts de travail.

Obtenir des témoignages de collègues ou de clients de l’entreprise.

Sortir de votre silence

Il est important de dénoncer les faits, dans un premier temps oralement puis par le biais d’écrits en recommandé accusé réception.

Si vos sommations envers le harcéleur n’ont pas suffi, vous pouvez en parler à :

Vous pouvez aussi déposer plainte au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal de grande instance si toutes ces mesures s’avèrent insuffisantes.

25/06/2019 Nico

Le taux de chômage est 2 fois plus élevé chez les personnes en situation de handicap que chez les personnes valides. Est-il possible de travailler quand une personne est porteuse d’un handicap physique ou mental ?

Une personne porteuse de handicap, peut-elle travailler

Être porteur de handicap, c’est lorsqu’un problème physique ou mental empêche certains gestes ou certaines activités de la vie quotidienne. Mais une personne porteuse de handicap possède d’autres capacités lui permettant de travailler.

Beaucoup de ces personnes peuvent ainsi faire de l’écriture, devenir cuisinier, enseigner, devenir un sportif de haut niveau, etc. Elles peuvent exercer un métier adapté à ses capacités. Malheureusement, certains types de handicap ne permettent pas l’accès à l’emploi.

Le gouvernement propose une nouvelle solution pour les personnes porteuses de handicap

Le CDD tremplin a été annoncé comme la nouvelle solution pour l’accès à l’emploi auprès des personnes porteuses de handicap. Ce CDD tremplin va permettre leur intégration dans les entreprises adaptées (EA), pour un emploi durable.

Ainsi, beaucoup de personnes porteuses de handicap pourront avoir accès à l’emploi. Ces personnes bénéficieront d’un accompagnement individualisé pendant 24 mois. Les entreprises peuvent bénéficier des aides pour aménager l’accès au bureau en fauteuil roulant par exemple.

Accéder à un emploi pour un travailleur porteur de handicap

Il existe de plus en plus d’associations pouvant accompagner les personnes porteuses de handicap vers le monde du travail. Les entreprises de plus de 20 salariés peuvent engager ces personnes et ainsi trouver une « pépite » correspondant au poste demandé.

Les entreprises risquent une amende conséquente si elles refusent d’embaucher des travailleurs porteurs de handicap. Cependant, malgré les lois de 1987 et 2005 qui favorisent l’embauche, des personnes en situation de handicap peu d’entreprises osent sauter le pas.

Dans un autre contexte, le mi-temps thérapeutique ne concerne pas forcément un handicap mais un retour d’une maladie.

23/06/2019 Nico

Nous sommes encore nombreux à considérer la lettre de motivation comme un passage obligé lors d’une candidature pour un emploi.

Cet outil est pourtant jugé de moins en moins pertinent par les recruteurs, à tel point que bon nombre d’entre eux avoue ne plus les lire. Peut on pour autant s’en passer sans risquer d’être pénaliser?

La lettre de motivation, un vestige du passé?

À l’heure du tout numérique et des lettres-type accessibles en quelques clics, la lettre de motivation n’a jamais été aussi impersonnelle. Beaucoup de recruteurs avouent le plus la lire, lassés de n’y retrouver que des phrases toutes faites en lieu de place d’un texte supposé capter l’attention.

De quoi décomplexer les postulants! De façon générale, ne perdez pas de temps à rédiger une lettre de motivation si l’offre d’emploi n’en demande pas.

Le curriculum vitaeau centre de toutes les attentions

Du côté des entreprises, la première sélection ne se fait plus sur la lettre de motivation mais bel et bien sur le CV. Celui-ci est devenu le principal levier à utiliser pour décrocher un sésame vers l’entretien d’embauche.

Vous pouvez trouver des conseils et des exemples de CV en consultant le dossier du site.

Portez-y une attention toute particulière, le contenu doit être clair et structuré pour faciliter au maximum la compréhension par le recruteur. N’hésitez pas à occulter les expériences et études sans lien avec le poste convoité pour aller droit au but. L’objectif est d’obtenir un entretien d’embauche, et pourquoi une promesse d’embauche avec un contrat CDI à la clé !

Allez à l’essentiel

L’absence de lettre de motivation ne dispense pas d’un court texte de présentation. Ce mot d’accompagnement, joint à votre CV, qui résume l’essentiel : Objet de l’envoi, votre statut actuel ainsi que vos disponibilité. Faites court, pas plus de quelques lignes impérativement relues, si possible par une tierce personne. Là encore, misez sur la spontanéité et évitez les formules trop lourdes ou pompeuses.

21/06/2019 Nico

L’APL (Allocation Personnalisée au Logement) est une aide au logement dont les étudiants ou non peuvent bénéficier.

Cette aide a pour but d’alléger les dépenses de logement. En effet, elle va réduire la charge de prêt pour certains propriétaires et la charge de loyer pour les locataires.

A qui s’adressent les APL ?

Cette aide est bénéfique pour les étudiants louant un logement neuf ou ancien où le propriétaire a fait un accord avec l’état par rapport :

  •  à la durée du bail
  •  à l’évolution du loyer
  •  aux conditions d’entretien
  •  aux normes de confort

Elle convient aussi aux étudiants propriétaires.

Pour quels types de logement s’adressent les APL ?

Pour accéder aux APL, il faut que votre logement respecte certaines conditions :

  •  sa superficie doit être au moins égale à 9 m² pour une personne seule
  • sa superficie doit être au moins égale à 16m² pour deux personnes (il faut rajouter 9 m² pour chaque personne supplémentaire)
  • la personne à qui vous louez ne doit pas être un de vos ascendants ou descendants, ni un ascendant ou descendant de votre conjoint.

Quel est le montant des APL ? De quoi dépendent-elles ?

Les APL ne dépassent pas 200 euros par mois et sont versées 2 mois après le dépôt du dossier.

Consultez la page pour effectuer une simulation APL en ligne !

Elles dépendent :

  •  du montant des ressources (salaire brut) des personnes concernées
  •  du nombre d’enfants et de personnes à charge
  •  du secteur géographique
  •  du coût du loyer
  • pour les propriétaires, la nature de l’opération, le mode de financement et la date de signature du contrat
19/06/2019 Nico

Une des démarches administratives importantes dans la création d’une entreprise est le dépôt de la marque à l’INPI. Découvrez pourquoi dans cet article.

Dépôt des marques : qu’est-ce que l’INPI ?

L’INPI désigne l’Institut National de la Propriété Industrielle. Il s’agit d’une organisation qui accompagne les créateurs et innovateurs dans la protection de leurs projets, qu’ils soient de nature technique, artistique, etc. C’est également cette organisation qui répertorie et protège les marques en France.

Déposer sa marque à l’INPI pour construire et affirmer son identité

La marque correspond à l’image d’une entreprise. En effet, c’est un signe distinctif pour la promotion et la vente de produits ou services, autrement dit un moyen de se faire connaître et de se faire reconnaître par sa clientèle cible, mais également par d’éventuels partenaires, fournisseurs, etc.

En déposant leur marque à l’INPI, les entrepreneurs officialisent l’existence de leur activité, construisent l’identité de celle-ci, et peuvent alors se distinguer de leurs concurrents. De plus, une marque déposée crédibilise et valorise davantage l’entreprise, et facilite la conquête de nouveaux marchés.

Protéger ses produits ou services en déposant sa marque à l’INPI

Déposer sa marque à l’INPI est également une démarche primordiale pour la protection des produits et services qu’elle propose sur le marché. En effet, suite au dépôt de la marque à l’INPI, le créateur possède le monopole d’exploitation en France, pour une durée de 10 ans et renouvelable à l’infini.

Pendant toute cette période, il est donc le seul autorisé à utiliser la marque pour la promotion et la commercialisation de ses produits ou services.
Tout le monde peut déposer une marque, une personne physique, un auto-entrepreneur ou une personne morale par le biais d’une société.
17/06/2019 Nico
Votre entreprise a mis en place un compte épargne temps (CET) et vous ignorez son utilité ? Voici quelques clés pour mieux comprendre.

Le CET, qu’est-ce que c’est ?

Le CET est un compte épargne dans lequel il vous est possible d’épargner des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d’une rémunération en contrepartie de périodes de congés ou de repos non prises (RTT mais pas les jours du congé maternité ou congé parental).

Attention : il n’est pas obligatoire pour les entreprises de mettre en place ce compte épargne. S’il est instauré au sein de l’organisation dans laquelle vous travaillez, tous les salariés peuvent en bénéficier, mais ce ne sera pas obligatoire : chacun décide d’y affecter des droits ou non.

Les droits qu’il est possible d’affecter à son CET

Chaque salarié d’une entreprise ayant mis en place le CET a donc la possibilité d’y affecter plusieurs droits, notamment :

  • Les droits issus de la cinquième semaine de congés annuels ;
  • Ceux issus de périodes de repos non prises ;
  • Ceux issus de congés supplémentaires accordés pour fractionnement ou par voie conventionnelle.

Il est également possible pour votre employeur d’y affecter les heures supplémentaires que vous avez accomplies.

Comment procéder ?

Il est nécessaire qu’une convention ou qu’un accord de branche (que l’on appelle aussi convention collective) prévoit l’ouverture du CET pour qu’il puisse être mis en place au sein d’une entreprise. C’est cet accord qui va déterminer les conditions d’utilisation des droits acquis par les salariés. Le compte épargne-temps n’est pas considéré comme un avantage en nature.

Il vous faudra donc vous y référer pour en connaître davantage concernant l’utilisation de votre CET ! Il est possible, à votre demande et avec l’accord de votre employeur d’utiliser votre compte épargne pour compléter votre rémunération brute ou alors pour cesser votre activité de manière progressive.
13/06/2019 Nico

Avant de choisir son métier, on pense souvent au salaire mensuel qu’on peut gagner. Un paramètre important pour trouver la motivation de se lever tous les matins afin de se rendre à son lieu de travail.

Pour gagner bien sa vie même sans avoir un diplôme universitaire, voici une liste non exhaustive des 5 métiers qui paient beaucoup mieux qu’en apparence…

Community Manager

Ce nouveau métier encore méconnu par certains est devenu indispensable pour les entreprises qui souhaitent développer leur communication sur les réseaux sociaux. Un profil en forte demande, le Community Manager peut être autodidacte ou bien diplômé en management.

Très présent sur Facebook, Instagram et Twitter, il a pour mission de créer du contenu, fédérer une communauté et interagir avec elle autour d’un même intérêt. Le salaire brut annuel d’un Community Manager gravite autour de 32 890 € et dépend beaucoup de son expérience.

Sapeur-pompier

Lors d’un sinistre, d’un incendie, d’un accident domestique ou de noyade, au péril de sa vie, le sapeur pompier s’arme de sang froid et de bravoure pour sauver celle des autres.

Ce métier à risque qui peut repousser certains, rapporte un salaire brut de 2.407 € / mois. La rémunération dépend bien évidemment du grade et de l’échelon du sapeur-pompier professionnel et peut dépasser les 4.500 € par mois.

Mécanicien d’ascenseur

Dans le domaine des bâtiments, l’un des métiers les mieux payés est celui du technicien maintenance ascenseur. On n’entend pas beaucoup parler de ce métier qui offre pourtant un salaire brut avantageux de 37 000 € par an. Cependant, ce travail risqué nécessite des compétences physiques et intellectuelles indispensables.

Chauffeur de car

Transporter les voyageurs et veiller à leur sécurité peut être très intéressant au niveau du salaire. Un chauffeur de car qui travaille à la RATP peut gagner jusqu’à 2 307 € de salaire net par mois, sans compter les primes dont le conducteur bénéficie quand il conduit la nuit ou durant les jours fériés.

Coach sportif personnel

En plus de prendre soin de son physique et de celui de ses clients, le coach sportif personnel peut prétendre à une très bonne rémunération. Le tarif horaire d’une séance de sport est de 35 €. Pour exercer ce beau métier, il faut soit avoir un brevet professionnel, soit obtenir un master en préparation physique, nutritionnelle et mentale.

Alors allez écrire une lettre de motivation et lisez nos conseils pour réaliser un CV pour trouver le job de vos rêves !

05/06/2019 Nico

À l’heure où la fonction publique est sous la pression des coupes budgétaires de l’État, les employés des services territoriaux doivent être plus que jamais informés de leurs droits. Souvent présentée à tort comme un secteur d’emploi privilégié, la fonction publique présente en réalité des désavantages par rapport à l’emploi privé. L’un de ces malus n’est autre que la rupture conventionnelle, réservée à la base aux salariés des entreprises, et qui actuellement est envisagée pour les emplois publics.

Définition de la rupture conventionnelle

Selon le site Service-Public.fr, elle consiste en une procédure qui permet à l’employeur et au salarié de convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie, et n’est « possible que pour les contrats de travail à durée indéterminée (CDI). » Comme nous venons de le voir, la rupture conventionnelle nécessite l’accord des deux parties, ce qui signifie qu’en principe, l’employeur ne peut pas utiliser la procédure pour licencier un salarié.

La rupture conventionnelle doit être homologuée par l’administration via un formulaire, de façon à ce que la procédure puisse être valide.

Concrètement, quels en sont les avantages ?

Cette procédure permet de mettre fin à un CDI, et de pouvoir toucher des indemnités de rupture conventionnelle et allocations chômage, de la part des assedic. Comme la rupture conventionnelle diffère de la démission – laquelle ne permet pas de bénéficier d’indemnités- elle est sensée favoriser la reconversion professionnelle, et vous donner des compensations à la perte de votre emploi.

L’un des principaux atouts de cette procédure est que même un salarié à temps partiel peut y prétendre. Vous bénéficiez de plus d’un délai de rétractation de 15 jours, pendant laquelle chaque partie peut encore décider de l’issue.

Pour toucher vos allocations de la part de Pôle Emploi, vous devez obtenir trois documents de votre employeur : un certificat de travail, une attestation dite « pôle emploi » et le reçu pour solde de tout compte.

Pour votre information, en 2017, ce sont plus de 450 000 salariés qui ont bénéficié d’une rupture conventionnelle, selon les chiffres officiels.

Une mesure sociale adaptée ?

Au 15 avril 2019, officiellement, la rupture conventionnelle n’était pas ouverte à la fonction publique, selon la direction de l’information légale et administrative. Cependant, le 28 mai, le vote de l’Assemblée Nationale prévoit une expérimentation sur 5 ans de la procédure.

Comme l’actuel gouvernement souhaite effectuer des coupes dans la Fonction Publique, ce qui place 120 000 postes sous la menace du chômage, on peut estimer que la rupture conventionnelle est une compensation. Jusqu’à présent, il n’était possible que de bénéficier d’une indemnité de départ volontaire, soumise à certaines conditions. À partir de 2020, la rupture conventionnelle s’appliquera aux contractuels de la fonction publique, ainsi qu’aux fonctionnaires titulaires.

Néanmoins, de nombreux doutes persistent, liés notamment à l’augmentation du budget dédié à la prise en charge du chômage, des dépenses supplémentaires qui dépasseraient les 100 millions d’euros en 2022. Les coûts du dispositif restent de plus à la charge de l’employeur : en cas de licenciements massifs dans la fonction publique, les collectivités pourront-elles assurer elles seules les frais ?

01/06/2019 Nico

L’institution du ticket restaurant qui a fêté ses soixante ans d’existence, est rapidement devenue une source d’inspiration pour les start-ups qui cherchent à dépoussiérer les anciennes pratiques.

Il faut savoir en préalable que ce sont plus de 3,5 millions d’utilisateurs et près de 180 000 établissements qui utilisent ce moyen de transaction. C’est donc un marché considérable qui s’est métamorphosé au fil des ans et des innovations.

Une carte créditée pour un service facilité

Depuis les années 2010 déjà, le titre papier commençait à se froisser. Il devenait possible de le dématérialiser. Même si l’employeur n’est pas tenu de se plier à la contrainte numérique, les salariés en retirent de nombreux avantages.

Le solde est directement accessible sur la carte qui est rechargée automatiquement. Le seuil des 19 euros de dépenses quotidiennes reste identique et le montant mensuel est toujours soumis à une date de péremption.

Cette première étape a permis de simplifier et de rationaliser l’usage de ces tickets qui étaient parfois très convoités. Ce n’est pas encore le cas des chèques vacances qui sont encore beaucoup papier.

Les enjeux des start-ups

Aujourd’hui, plusieurs start-ups comme Resto flash s’emparent du titre pour le révolutionner. C’est le cas de LUNCHR. Cette application est leader sur le marché des applications de ticket restaurant. Non seulement elle permet à son utilisateur de vérifier son solde ainsi que ses dernières transactions mais il lui est possible de bénéficier de réductions dans le cadre de commandes groupées.

Pour ajouter un peu de fun, l’application propose des jeux comme une roue de la chance pour désigner celle ou celui qui doit passer la commande.